Tout savoir sur la retraite anticipée

Pour partir à la retraite à taux plein, il faut justifier d’au moins 172 trimestres travaillés, soit 43 ans en poste. Cela ouvre également le droit à une retraite complémentaire à taux plein. Mais que se passe-t-il pour ceux qui ne peuvent ou ne souhaitent pas travailler ces 172 trimestres ? Dyfuse fait donc le point sur la retraite anticipée.

Qui peut bénéficier d’une retraite anticipée ?

Trois types de travailleurs sont concernés par la retraite anticipée : ceux bénéficiant d’une carrière longue, ceux qui souffrent d’un handicap et ceux qui exercent un travail pénible.

La carrière longue est définie selon votre année de naissance, votre âge de début d’activité professionnelle et l’âge auquel vous souhaitez partir en retraite anticipée. Depuis le 1er novembre 2012, les conditions de départs en retraite pour carrière longue se font à partir de 60 ans si vous avez validé au moins 5 trimestres de retraite avant la fin de l’année civile de vos 20 ans.

Le handicap permet également de partir à la retraite avant 62 ans. Vous n’êtes ainsi pas tenu d’attendre l’âge minium de départ à la retraite si vous souffrez d’une incapacité permanente d’au moins 50% reconnue par la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) ou si vous avez été reconnu travailleurs handicapé avant 2016.

Le travail pénible est conçu pour prendre en compte le fait que les ouvriers vivent en moyenne 6 ans de moins que les autres travailleurs. Sont ainsi concernés les salariés pouvant justifier auprès d’un médecin qu’il souffre d’un affaiblissement physique avéré au moment où il souhaite partir à la retraite justifiant d’une incapacité de travail d’au moins 20%.

Comment calculer le montant de sa retraite anticipée ?

Pour connaître le montant de votre retraite si vous partez grâce au dispositif anticipé, il faut d’abord vérifier que votre régime de base inclus cette possibilité. Cette dernière existe dans les régimes suivants :

  • Le régime général
  • La Sécurité sociale des indépendants
  • La Mutualité sociale agricole
  • Le régime social des ministres du culte
  • Les professions libérales et les avocats

Les régimes spéciaux tels que les ouvriers de l’Etat (FSPOEIE), les salariés de la RATP, les clercs et employés de notaires, les travailleurs de la Banque de France, de l’Opéra de Paris et de la Comédie Française ou encore les ouvriers des industries énergétiques (gaz et électricité) prévoient également le dispositif de retraite anticipée.

Puis, pour un calcul au plus proche du montant de votre retraite anticipée, rendez-vous sur https://www.info-retraite.fr/portail-services/, le site officiel pour recevoir des informations concernant sa retraite.

Quid de la retraite complémentaire ?

La retraite anticipée ouvre également le droit à une retraite complémentaire. Les régimes complémentaires appliquent alors les mêmes règles que les régimes de bases pour calculer le montant de votre retraite.

Comme pour la retraite de base, toutes les complémentaires ne prennent pas en compte le dispositif de retraite anticipée. Cette formule existe dans les régimes complémentaires tels que la RCI complémentaires pour les artisans, commerçant et industriels, la MSA complémentaires pour les exploitants agricoles, la CIPAV pour les professions libérales, l’IRCANTEC pour les salariés publics non titulaires et l’AGIRC-ARRCO pour les salariés du privé et salariés agricoles affiliés à la CNAV.